Escale de l'Astor : la vision d'un passager

Publié le par Ships Cherbourg

Astor, Cherbourg 13 juillet 2012

Cherbourg vu depuis l'Astor, vendredi dernier

 

C'est une occasion rare, et pourtant très intéressante pour savoir si l'accueil mis en place est apprécié ou non des croisiéristes : Mélanie, voyageuse et croisièriste allemande, a réalisé un journal de voyages pendant sa croisière sur l'Astor, la semaine dernière : aux côtés de Plymouth, Milford Haven et Southampton, l'escale à Cherbourg vendredi est précisément décrite, en une page (cliquer ici pour voir l'original en Allemand). Plusieurs impressions intéressantes en ressortent.

 

Notre amie touriste a été, globalement, très satisfaite de son escale. Son récit débute par une petite présentation de Cherbourg, qui reprend dans les grandes lignes celle fournie à bord : ville maritime du Nord-Ouest de la France (c'était la seule escale dans l'hexagone, ndla), port militaire important et place majeure dans l'histoire transatlantique, avec l'escale du Titanic en 1912. Ses occupations s'adapteront à la durée relativement courte de l'escale : les passagers ont pu descendre du navire vers 14h30, et réembarquèrent au plus tard à 18h45. Son emploi du temps se calque d'ailleurs sur les aléas de la météo, avec plusieurs heures passées en ville puis un repli vers la Cité de la Mer (sans doute lorsqu'arriva la pluie). Après être descendue de la navette, Mélanie visita le centre-ville, jusqu'au parc Emmanuel Liais et aux quartiers historiques du Voeu et de la Bucaille. Elle s'est rapprochée ensuite du port via les quais et la plage verte, en effectuant un crochet à la Basilique de la Trinité et au port Chantereyne, où se tenaient les manifestations pour la Solitaire du Figaro. Après ce tour, elle rejoint le terminal croisière, et la Cité de la Mer, où elle visita l'expo Titanic et vit les aquariums. Un programme déjà chargé pour une escale réduite.

 

Astor, Cherbourg 13 juillet 2012

 

Appareillage de l'Astor : alors que les Cherbourgeois quittent les quais

en attendant l'escale suivante, les croisièristes se préparent à la découverte du lendemain


Globalement, il ressort de l'article une pleine satisfaction de la ville. L'auteur conclut d'ailleurs sa journée avec "Cherbourg est vraiment un lieu à visiter, et offre sans aucun doute beaucoup d'autres découvertes dans les lieux que je n'ai pas vu". L'accueil est assez peu évoqué, même si la gratuité des navettes est citée ; la ville est quant à elle décrite comme "[un ensemble de] rues très agréables à parcourir". Le centre-ville piéton est également plébiscité, pour son shopping et ses cafés ; quant au Parc E. Liais, c'est manifestement un coup de coeur, "lieu calme [où] l'on peut tout-à-fait s'isoler de l'animation citadine".

 

 

Il ressort de cette présentation une impression positive, qui ne peut qu'encourager l'accueil des touristes (maritimes ou non) à Cherbourg. Un petit regret tout de même : l'absence des greeters dans le récit, qui n'ont vraisemblablement pas été en contact avec cette croisièriste. On constate au passage que les touristes apprécient le vieux Cherbourg, en particulier le Parc E. Liais ; il pourrait donc être intéressant de les encourager à flâner dans cette partie de la ville - ce qui est déjà souvent fait par les greeters et les hôtesses d'accueil. Espérons en tout cas que notre ville récolte le même succès dimanche, avec l'escale du Nautica...

Publié dans Les paquebots

Commenter cet article

lylytop 19/07/2012 07:55


je suis cette tourite sur la description de notre ville, j'aime aussi m'y promener


a bientôt


lyly